Paris 2014

Message de l’Assemblée fédérale de la Famille Cor Unum – Paris 25 août 2014 – Sortir

1Un véritable temps de grâce a été vécu par notre Famille rassemblée au moment où notre pape François nous invite à “sortir de notre propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’évangile.” (EG n°20). Nous recevons cette Exhortation comme un encouragement à développer notre propre charisme missionnaire : être présent de multiples manières dans ces «périphéries», dans les combats pour la justice, la recherche de la paix et la dignité de chaque être humain,  tout en rayonnant de «la joie de l’Évangile».

 

2- Nous sommes bien conscients des risques à prendre pour aller à la rencontre des personnes, des groupes et des cultures diverses. Il y faut le langage de l’amour qui parle de cœur à cœur et qui s’apprend dans une écoute attentive de l’autre, de ses besoins et de ses richesses. Espérance, courage et persévérance sont nécessaires pour aller de l’avant, se situer parfois à contre-courant de notre société. Mais reconnaître nos propres fragilités peut devenir une chance pour rencontrer tant de personnes fragilisées par diverses causes; rencontres fraternelles et bienveillantes, sans esprit de supériorité, en se laissant interroger, enseigner et, plus profondément, convertir par elles.

 

3- Pour nous, ces attitudes et ces appels prennent leur source dans le Cœur de Jésus, fondement de notre Famille spirituelle. Jésus, figure d’humilité, nous montre le chemin d’une fragilité capable de traverser la violence dans une fraternité sans faille. Nous puisons notre force dans la prière et la contemplation du Cœur de Jésus, en vivant intimement et en Église, de sa Parole. Comme à saint Paul, il nous dit : «Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse.» Et avec Paul nous répondons : “C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes  faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.” (2 Co 12,9-10)

 

4- Dans une époque profondément troublée, le Père de Clorivière, a fait preuve d’audace, d’inventivité et de force de caractère. Cet exemple est toujours d’actualité. Aujourd’hui comme hier, notre fondateur appelle ses fils et ses filles à vivre leur vocation à la sainteté au cœur ce monde que Dieu aime et nous confie.

 

5- A notre tour, – à l’école de saint Ignace -, de discerner dans nos vies, dans nos Instituts et Société de Vie Évangélique, dans nos pays si divers, les priorités à mettre en œuvre pour que personne ne soit exclu de la joie et de l’espérance qu’apporte le Seigneur. Qu’elles remplissent le cœur de ceux à qui nous permettrons de rencontrer Jésus et de faire l’expérience de son amour sans limites. Pour cela, nous chercherons sans cesse à reconnaître le visage du Christ en chacun de nos frères; nous prendrons soin de la fraternité humaine, en la mettant en œuvre d’abord dans notre propre famille.

 

6- Notre ambition est grande. Mais nous sommes sûrs de l’assistance de l’Esprit Saint. Nous sommes également portés par la foi active de nos frères et sœurs de la Famille Cor Unum, par l’amour fraternel déjà en œuvre dans nos groupes. Dans un élan renouvelé, nous sommes appelés à témoigner dans le monde du trésor que nous portons dans des vases d’argile, Jésus le Christ.

 

Publié par famille@corunum dans Assemblées générales

Les Naudières 2008

Dans ce monde que Dieu aime, Appelés à une communion fraternelle, Pour suivre le Christ dans sa mission.

 

Orientations  de la Famille Cor Unum

Les Naudières 2008


1 – Dans ce monde que Dieu aime

1 a  Dans la Famille Cor Unum, nous nous engageons à repartir résolument du Christ, afin de vivre et d’agir dans notre monde avec un discernement et un amour de disciple. « Plus nous nous laissons configurer à Lui par l’Esprit, plus nous le rendons présent et agissant dans l’histoire en vue du salut du monde. » (Orientations de Banneux 2002)

1 b  Voulant imiter sa démarche d’Incarnation, homme parmi les hommes, nous portons le désir actif que chacun puisse reconnaître l’Amour dont Dieu aime ce monde.

1 c   Cette qualité de présence au monde nous alerte sur les possibles étroitesses de nos horizons familiers. La famille Cor Unum n’est pas d’abord le lieu où nous trouvons les éléments de compréhension de l’actualité; mais l’appartenance à cette famille spirituelle vérifie et au besoin provoque et encourage notre insertion lucide dans le monde. Cette attitude caractérise l’engagement séculier dont nous nous réclamons.

 

1.1  Chercher et trouver Dieu en toute chose et toute chose en Dieu.

1.1. 1 C’est une voie étroite, que celle de la suite du Christ dans le monde et elle ne manque pas d’opérer des ruptures ni de souffrir parfois de rejets. Mais à cause de l’Appel qui est dans nos vies, nous avons pour notre monde un parti – pris d’espérance et de bienveillance. Heureux de nous ouvrir nous-mêmes à la Bonne Nouvelle du Christ, nous aimons, non sans discernement, dire, en définitive, du bien de l’homme.

1.1. 2  Pour prendre à cœur ce monde que Dieu aime, pour discerner dans l’actualité les enjeux qui sollicitent notre vigilance et notre engagement, la pratique de la relecture de vie est, à l’expérience, d’une importance décisive.  Nous la recevons de la tradition ignacienne. Qu’elle soit individuelle (prière d’Alliance, dialogue d’accompagnement) ou communautaire (révision de vie, partages fraternels) nous garderons à cette démarche de la foi toute sa portée théologale ; elle est particulièrement adaptée à la recherche et à la rencontre de Dieu dans les réalités complexes de notre temps. A sa manière, elle nous ouvre à la « contemplation pour obtenir l’amour », cet amour discernant et cette charité lucide, œuvre de l’Esprit en nos cœurs.

 

  1. 2- Un monde en mutation

1.2.1  De grands chantiers ouverts mais aussi de grandes fractures caractérisent le monde tel qu’il va aujourd’hui. Chacun peut en percevoir quelques éléments dans son expérience personnelle, dans son pays et sa culture. Par exemple:

1211 – La mondialisation avec ses possibilités inédites d’échanges mais également la fermeture de ses frontières vers le Nord ; avec son développement humain mais aussi les fractures qui vont s’aggravant entre peuples, à l’intérieur des peuples, entre intérêts financiers et sauvegarde des emplois, entre impératifs de productivité et dignité de l’homme au travail. …

1212 – L’aggravation de la violence à l’échelle planétaire avec les foyers persistants de guerres, liés le plus souvent au pillage des matières premières, violences dans la famille, au travail et à l’école, incivilités multiples et violences racistes …

1213 – Cette  terre inconnue qu’est encore pour beaucoup le continent du virtuel et de l’informatique, lieu fantastique et redoutable d’échanges pour le meilleur et le pire.

1214 – Les métissages culturels en cours, mais aussi la difficile ouverture aux cultures nouvelles, quelles qu’en soient l’origine, celles des jeunes en particulier.

1215 – L’insuffisance alimentaire persistante mais aussi la séduction de la société de consommation tant dans le Nord que dans le Sud, l’idolâtrie du « toujours plus ». Dans les sociétés dites développées, surabondance de biens de consommation disponibles mais également désarroi moral et éducatif de beaucoup, notamment des plus pauvres, par la multiplication de nouveaux comportements mis en valeur sans discernement par la majorité des médias.

1216- la remise en cause des religions comme archaïques et  porteuses de violence, une certaine sécularisme hostile au Christianisme mais aussi des attentes croissantes de spiritualité et la prise en compte des religions dans le débat public.

1217- la montée en puissance des sciences de la vie, de la génétique en particulier, recherches inédites sur la frontière de l’humain; découvertes de nouvelles possibilités de soins, mais aussi la persistance de grands fléaux et l’assujettissement des politiques de santé aux intérêts financiers.

1218 – La déstructuration du vivre ensemble mais aussi l’essor de la vie associative et la recherche de repères éthiques en particulier pour la famille dans ses nouvelles configurations.

122 Ces nouvelles frontières d’humanisation / déshumanisation – et bien d’autres ! – et ces enjeux collectifs traversent nos vies quotidiennes. Quels que soient nos pays et nos cultures, c’est le plus souvent dans des réalités locales et particulières que nous pouvons entrevoir la dimension universelle de ces chantiers ouverts et de ces fractures.

 

123  La prise en compte de cette sécularité-là doit être valorisée dans la Famille Cor Unum : pas d’abord comme un objet d’études et de débats, mais en fidélité au charisme qui nous est commun. En fin de compte « c’est la charité du Christ qui nous presse » 2 Co. 5,14. Le Christ s’est livré par amour de ses frères jusqu’à la mort sur la croix. En communion avec lui jusque dans sa passion, nous avons, chacun à notre mesure, à prendre notre part des souffrances et des espérances de notre monde en mal d’enfantement. Il y a donc des solidarités et des combats auxquels nous ne pouvons pas nous dérober. Orientations de Banneux 2002 ; Cor unum, décembre 2002.

 

124  Ainsi, dans ce monde et pour ce monde aimé de Dieu, pourrons-nous faire de nos vies livrées une offrande au Père, peu à peu  une offrande sans retour. Il s’agit, à l’école du Cœur de Jésus, de la consécration séculière de nos vies.

2 – Appelés à une communion fraternelle

2a Pour chercher et trouver Dieu en toutes choses, nous avons besoin des frères et sœurs qui nous sont donnés dans la Famille.

2b Il ne sera jamais inutile de faire mémoire du projet fondateur : «  Sous l’action de l’Esprit- Saint, nous voulons instaurer entre Instituts et Société des liens profonds et durables de fraternité. Beaucoup plus qu’une simple ‘superstructure’, la Famille est un chemin de communion évangélique; beaucoup plus qu’une ‘mixité’ elle nous fait ‘un cœur et une âme’ dans la diversité même de nos appartenances. Nous nous engageons à nous aider mutuellement à être fidèles à notre charisme propre, à nous écouter et à nous recevoir les uns des autres » Un Souffle Nouveau § 8.

 

21 –  L’originalité de notre Famille:

211  Sous l’action de l’Esprit – Saint, nous sommes donc invités à prendre un chemin de communion évangélique dans la diversité de nos appartenances et pour un soutien de nos fidélités. Ce charisme de communion fraternelle  nous appelle à accueillir et à valoriser nos différentes vocations. Recevoir ce don et en vivre exige de chacun une disponibilité à la conversion.

212  Cette communion fraternelle dit sa particularité par la référence de tous aux mêmes dynamismes fondamentaux: la commune consécration baptismale, la spiritualité ignacienne et du Cœur de Jésus, le même appel à la consécration séculière.

213  Conformément au charisme des instituts séculiers, la Famille n’organise pas ses membres en communauté permanente ; mais elle se présente comme un pôle de communion entre Instituts et Société, entre laïcs et prêtres que leur insertion séculière maintiendra dispersés. Loin de vivre cette dispersion comme une limite, la Famille nous la fait considérer comme une chance pour la mission, particulièrement adaptée aujourd’hui à la situation de beaucoup de chrétiens dans la société.

214  Une étape décisive est franchie dans le développement de la Famille par la mise en place de nouvelles Régions sur les divers continents: Afrique, Amérique, Asie, Europe et Océan indien ;  il s’agit de servir, de manière plus précise, l’inculturation des dynamismes fondamentaux de la Famille. Des moyens nouveaux seront nécessaires pour permettre à ces nouvelles régions de prendre de plus en plus leur place dans la famille. Par les échanges qui devraient ainsi s’intensifier, cette communion fraternelle sera source d’espérance pour les défis à relever dans chacune de nos sociétés et de nos églises particulières.

 

 

 

22 – Vers une plus grande maturité.

221  Après la période d’élaboration du projet commun « Un souffle nouveau pour la Famille »,  c’est encore, dans des régions à travers le monde, le temps initial de la fondation ; mais dans un nombre significatif de régions, le désir d’une « Famille vivante »a pris corps. Des étapes de maturité se franchissent, la figure de notre famille spirituelle prend forme ;   les conditions pour une mise en place réaliste s’éprouvent et aussi, chemin faisant, des insatisfactions et des insuffisances. Nous voulons dégager et fortifier ce qui nous paraît porteur d’avenir.

222  La communion dont la Famille porte le projet concerne les états de vie différents mais aussi les relations mutuelles entre ses diverses composantes, Instituts et Société. C’est par grâce que nous sommes différents, c’est par grâce que nous sommes appelés à la communion. Nous avons du chemin à faire pour nous écouter et nous recevoir les uns des autres dans la confiance. Non pas seulement admettre d’autres cultures que la mienne, d’autres états de vie et d’autres choix de vie consacrée que les miens, mais les entendre dans leur particularité, favoriser leur vitalité  et en recevoir lumière et force pour ma propre fidélité.

223  Chacun dans la Famille doit pouvoir trouver les mots pour dire les accents de sa vocation personnelle et confier jusqu’où il souhaiterait aller dans la réponse. C’est pourquoi  nous ressentons l’urgence de poursuivre le travail, le plus décentralisé possible, de formation : formation à la connaissance, à l’actualisation, à l’appropriation personnelle du charisme de la Famille, avec les accents spécifiques à chacun des Instituts séculiers et à la Société de Vie Evangélique.

Avec les temps irremplaçables de retraites et de récollections, avec l’assiduité à la prière prolongée, aux rencontres de groupes et aux célébrations communes, les temps de formation constituent comme un milieu nourricier : il est  indispensable pour vivre lucidement en communion fraternelle, il est indispensable à qui prend des risques et innove sur un chemin d’audace évangélique.

 

3 – Pour suivre le Christ dans sa mission

 

 

3 a  L’insertion aimante au cœur du monde et la communion fraternelle dans la Famille sont donc le chemin sur lequel nous nous sommes engagés pour suivre le Christ du plus près.. La consécration séculière de nos vies est fondamentalement orientée vers la suite du Christ dans sa mission. Telle est la perspective maîtresse du Livre de Vie, texte – source pour notre marche commune.

3 b  Dans les enjeux contemporains d’humanisation, l’Esprit du Christ nous donne de discerner aussi de nouvelles frontières d’évangélisation et, pour la mission, de nouveaux rivages à aborder. Plus notre engagement s’approfondit, plus notre communion au Christ est appelée à croître en maturité. L’articulation mission – contemplation doit être constamment réactivée. Ainsi comprenons-nous l’importance de la prière prolongée, même au prix d’un effort, avec la liberté et la joie de l’amour.

3 c  Deux lignes de forces sont aujourd’hui  porteuses d’avenir pour la Famille Cor Unum, à condition que leur mise en œuvre s’accentue par un engagement solidaire de tous. Pour beaucoup de membres, elles sont déjà inscrites dans une longue fidélité

 

 

31 – La voie prophétique de la fraternité

311  A l’école des sentiments qui sont dans le Coeur de Jésus, nous goûtons à l’expérience d’un vivre autrement et le chemin de la fraternité qui s’ouvre, nous fait faire des choix de vie durables; au delà de comportements ponctuels, ces choix nous engagent plus avant dans l’écoute, la tendresse, la solidarité, l’action pour la justice et le partage.

312  Dans un contexte de fractures sociales et d’avenir incertain, la tentation est grande des replis nostalgiques ou fondamentalistes. Nous voulons prendre des risques et progresser sur la voie prophétique de la fraternité. Nous voulons ainsi rejoindre ceux qui mènent déjà ce combat ; nous voulons proposer à d’autres  cette tâche de fraternisation, d’abord par le coude à coude de la vie ordinaire, dans la complexité des relations sociales comme dans le dialogue inter-religieux.

 

32 – Et de la pauvreté évangélique

321  Pour suivre le Christ dans Sa mission et en réponse à Son appel, nous nous sommes engagés dans la pratique des conseils évangéliques de pauvreté, chasteté et obéissance. Nous les vivons selon les accents et les élargissements apportés par nos Constitutions et Projet de vie. Notre engagement pour le développement de tout l’homme et de tout homme, appelle tout particulièrement les membres de la Famille Cor unum à un témoignage de pauvreté évangélique.

322  En nous laissant configurer aux attitudes et aux choix prioritaires de Jésus, nous apprenons à nous insérer dans le monde et ses fonctionnements, avec un discernement critique ; nous nous exerçons à tout apprécier, y compris notre style de vie, à partir du sort qui est fait aux plus faibles de nos frères.

323  Dans nos choix personnels, familiaux, pastoraux, citoyens, nous sommes appelés à prendre des attitudes responsables et des engagements au besoin en rupture avec les modèles ambiants. Nous sommes appelés à résister à des pratiques économiques, éthiques, culturelles et politiques qui, en définitive, ne conduisent pas à la vie, à la vie pour tous.

324  Notre recherche de la pauvreté évangélique se vérifiera aussi dans notre volonté de simplicité de vie jusqu’à la frugalité peut-être, de maîtrise de la consommation, de gratuité et de partage. Apparemment modestes, ces choix ouvrent déjà un avenir, ils nous font prendre place parmi tous ceux qui travaillent à un monde plus juste et fraternel ; ils rendent sans doute plus crédible l’Evangile d’espérance qui donne sens à nos vies.

—-

Envoi

E a La Famille Cor unum est reconnue et approuvée comme l’un des multiples dons de l’Esprit à l’Église universelle pour sa mission. Elle prend conscience de la nécessité d’être davantage visible et lisible, tout d’abord dans l’Église. Notre démarche est souvent méconnue bien qu’elle intéresse. Elle est porteuse d’une diversification de la consécration séculière et d’une référence originale au Cœur de Jésus, référence prophétique pour temps de crise. Le temps est venu de communiquer davantage avec d’autres familles spirituelles, de dire dans l’Église les innovations dont notre projet est porteur, de partager ce que nous découvrons avec d’autres.

E b A cause de la nouveauté des chemins à prendre aujourd’hui pour la mission, la Famille Cor Unum a en charge un travail de recherche, afin d’explorer et d’exprimer, pour aujourd’hui, les ressources de l’Évangile du Christ. Certes pour cette recherche, notre Famille peut bénéficier de ce qui s’entreprend en Église, en particulier à la  lumière de son enseignement social ; mais il nous incombe aussi de réactiver certaines grandes intuitions de notre patrimoine spirituel,  de renouveler l’expression de la consécration séculière à l’école du Cœur de Jésus, et de fortifier la pratique des conseils évangéliques « pour le bien public » (Clorivière)

E c La famille Cor Unum n’a pas en charge toutes les modalités de la mission de l’Eglise dans ce monde. Mais selon le charisme des instituts séculiers qui dit l’essentiel de son originalité, notre Famille peut être une chance pour la mission de l’Eglise, pour l’universalité de cette mission: avec le profil particulier à chaque Institut et Société, dans la diversité des pays et des continents, la Famille Cor Unum renvoie en effet ses membres à une pratique des conseils évangéliques « au cœur des mouvements du monde », afin que « dans l’humain et tout l’humain » ils puissent « par leur vie et leur témoignage  écrire des paraboles d’Espérance. » (Benoît XVI aux instituts séculiers).

Lire la suite →

Publié par famille@corunum dans Assemblées générales

Lyon 1996

Ce message est à compléter par le texte « Un souffle nouveau », titre des statuts de la Famille Cor Unum – GEM.

L’Assemblée fédérale de Lyon marque un moment décisif dans nos vies personnelles et communautaires.

Elle a mis en place une famille composée de l’Institut des Prêtres du Cœur de Jésus, de l’Institut séculier masculin, de l’Institut séculier féminin du Cœur de Jésus et de la société de Vie Évangélique du Cœur de Jésus, issus tous les quatre du charisme du Père de Clorivière.

Cet événement s’inscrit dans une histoire déjà longue, faite de tensions et d’enrichissements féconds.

Elle nous aidera à répondre de manière spécifique à notre vocation à suivre Jésus du plus près possible, dans le concret de nos existences d’hommes et de femmes, de célibataires ou de mariés, de laïcs ou de ministres ordonnés.

La dimension internationale de la Famille s’est davantage affirmée, grâce à une très libre expression de tous les participants quelle que soit leur région d’origine.

Lire la suite →

Publié par famille@corunum dans Assemblées générales, 0 commentaire

Rencontre internationale de Lisbonne 1994

L’Assemblée internationale de Lisboa 94 s’est voulue à la fois un aboutissement et un tremplin sur l’axe retenu par Strasbourg 90 et confirmé par Nantes 92 : Justice et Partage. Cette assemblée avait été préparée et informée par un long processus de mise en commun de nos expériences en la matière. Ce dossier lourd de drames humains et grand par ses démarches courageuses et ses engagements évangéliques a été à Lisbonne sous plusieurs angles : socio-politique, biblique, théologique.

Le texte qui suit est l’expression de ce regard théologique. Il s’attache surtout à préciser trois éléments : la vie consacrée et la juste compréhension d’un institut séculier s’enracinent dans la vie trinitaire ; notre attention à la justice et au partage trouve sa justification dans un aspect du charisme du fondateur : un réel souci du bien public ; la dévotion au Cœur de Jésus et du partage dans le contexte de modernité où nous vivons.

 

Lire la suite →

Publié par famille@corunum dans Assemblées générales

Orientations des assemblées générales St Thomas 1978 & Chantilly 1984

Ce texte figure en annexe de notre Règle de vie. C’est dire l’accueil positif que l’Institut lui a réservé et l’importance qu’il lui reconnaît. Il est constitué des apports majeurs de deux assemblées générales : Saint Thomas 1978 et Chantilly 1984.

Les préoccupations sous-jacentes au texte sont : l’internationalisation, les racines ignaciennes, la sécularité, la place des laïcs, le rôle du responsable, la consécration , la place de la révision de vie, le ministère de l’appel.

Les routes nouvelles qui sont surtout redessinées ici sont la consécration relue dans un contexte de sécularité et une première réexpression de notre spiritualité du Cœur de Jésus.

Lire la suite →

Publié par famille@corunum dans Assemblées générales

Rencontre internationale d’Elewijt 1987

À Elewijt en 1987, l’assemblée internationale s’est attachée à approfondir les relations entre contemplation et mission à partir de Jésus, modèle de contemplation missionnaire comme à partir de nos expériences séculières : « Quelle contemplation conduit à la mission et quelle mission nourrit la contemplation » ? L’envoi a tenté de redéfinir l’expérience spirituelle des GEM comme rencontre, dans le cœur même du disciple, de l’Évangile et de la culture qui marque ce disciple. Cette expérience passe par une prise en compte de la sécularité et un discernement missionnaire qui exigent, l’une comme l’autre, le temps de la prière contemplative. 

Lire la suite →

Publié par famille@corunum dans Assemblées générales

Orientations de l’assemblée générale de Chantilly 1984

L’Assemblée Générale de Chantilly 1984 se vit confronté aux défis suivants : présence au monde, spiritualité, unité et diversité, formation, ministère de l’appel. Sur le thème « unité et diversité », le texte qui suit traduit l’effort « d’articuler d’une part les structures et de l’autre l’esprit charismatique et les objectifs de l’Institut ».

Il sollicite notre attention sur cinq points : mieux prendre en conscience de nos diversités, respecter la diversité comme une richesse, promouvoir l’unité, reconnaître dans l’Institut une source d’unité, développer toutes les diversités dans la communion.

Lire la suite →

Publié par famille@corunum dans Assemblées générales
Charger la suite